• Le Pont des espions

    Les films historiques sont nombreux, et la Guerre Froide est un sujet délicat à aborder, et surtout à réussir. Le fameux Steven Spielberg se lance dans cette grande aventure, et on peut dire que c'est un retour impeccable dans la réalisation. (Son dernier film étant de 2012) Il tire les ficelles du Pont des espions, film maîtrisé d'une manière dont il en a l'habitude.  Tom Hanks incarne à nouveau un personnage majeur dans son association avec Spielberg. (Arrête-moi si tu peux, Il faut sauver le soldat Ryan...)

    Le Pont des espions

     

    [La suite ne contient, normalement, pas de spoilers]

     

    James B. Donovan, un avocat américain prend la défense d'un espion soviétique, Rudolf Abel, malgré les critiques qu'il subit face à cette décision. 

     

    Le Pont des Espions est divisé en deux parties, ce qui peut paraître étonnant par sa durée (2h12). La première partie est centrée sur la découverte de cette époque, particulière par le décor, les costumes, et les manières. On est vraiment plongé dans la vie de James, critiqué par son entourage et par la presse en acceptant de défendre un espion soviétique. La seconde partie se déroule en Allemagne, à Berlin-est, on découvre la fameuse construction du mur, c'est dans cette partie que des échanges se feront. Pour ma part, la première partie était plus intéressante que la seconde, même si l'action se trouve un peu plus dans la deuxième partie.

    Le Pont des espions

    C'est avant-tout un film historique, qui retransmet parfaitement les différents événements qui se sont déroulés en cette période précise. Aucun jugements ne sont faits sur le soviétique par Spielberg, à part la presse et l'entourage qui sont bien évidemment obligés de critiquer. Il permet à la fois de nous cultiver, mais aussi de nous divertir comme à son habitude. C'est une véritable réussite de la part de Spielberg avec ce thème de conflit idéologique basé sur la Guerre Froide.

    Grosse spécificité du film : le silence règne au début, les logos sont passés en vitesse, et la musique intervient uniquement après une bonne trentaine de minutes. Spielberg aimait l'ambiance de New York, il a donc décidé de ne rien mettre par dessus.

    La photographie est particulièrement soignée, la mise en scène est là pour raconter parfaitement l'histoire. Les travelling avant sont fréquents, surtout sur les personnages. Mais c'est surtout la lumière volumétrique qui fait le charme de ce film : les interrogatoires particulièrement.

    Le Pont des espions

    Tom Hanks effectue comme à son habitude une véritable performance, l'expérience et l'éloquence fait en sorte de le rendre presque légendaire. A première vue, il n'est pas si parfait que ça, mais c'est clairement sa manière de se comporter, de parler, qui le met en avant. On est vraiment pris aux tripes, on se met à la place de l'avocat œuvrant pour la justice, égale pour tous, malgré le fait qu'il soit Russe.

    Le Pont des espions

     

    17/20 Du grand Spielberg, un biopic qui cultive et qui divertit, que demander de mieux? Le prochain film sur la guerre qu'on attendra est le futur Nolan, qui sera tourné à Dunkerque. 

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :